• Home
  • Actualité
  • Le Congo s’engage en faveur de l’autonomisation des adolescentes et filles
    vulnérables à travers la réinsertion socio-économique

Le Congo s’engage en faveur de l’autonomisation des adolescentes et filles
vulnérables à travers la réinsertion socio-économique

Sous le leadership du Gouvernement du Congo, UNICEF et ses partenaires appuient la mise en œuvre du projet
Salongo qui porte sur la réinsertion socio-économique de 65 adolescentes et jeunes filles-mères entre 17 et 24 ans
dans des métiers de leurs choix et des formations professionnelles.
Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale de l’hygiène menstruelle, ce vendredi 28 mai, des
adolescentes de l’école primaire, du collège et du lycée ainsi que d’autres non scolarisées (bénéficiaires du projet
Salongo) recevront une formation en compétences de la vie courante, y compris la gestion de l’hygiène menstruelle.
28 mai 2021 (Pointe Noire, République du Congo) : 65 adolescentes et jeunes filles-mères entre 17 et 24 ans, dont
l’état de vulnérabilité économique a été aggravé par la pandémie de COVID-19, bénéficieront d’un soutien éducatif et
réinsertion socio-professionnelle dans des métiers de leurs choix, tels que la couture, la broderie, la coiffure, la
pâtisserie et la cuisine, et des formations professionnelles en informatique et vente en pharmacie. Afin de les aider à
initier leurs propres initiatives entrepreneuriales, elles recevront un kit d’outils et des fonds pour démarrer des
activités génératrices de revenu. Cette intervention s’inscrit dans le cadre de l’engagement du Gouvernement pour
l’autonomisation de filles vulnérables suite à la pandémie liée à la COVID-19, avec l’appui technique et financier de
l’UNICEF.
« La participation de ces jeunes filles à l’évènement d‘aujourd’hui est très importante. » observe la Directrice
Départementale de l’Action Humanitaire, Madame Francine Marlène Mabounou. « La pandémie de COVID-19 qui a
bouleversé le monde entier depuis 2020, y compris notre pays, a causé une indéniable aggravation des inégalités de
genre et la marginalisation de beaucoup de femmes et filles déjà en situation de vulnérabilité. Investir dans la
valorisation et l’autonomisation des jeunes femmes et des adolescentes et les engager dans la réalisation de leurs
aspirations n’est pas seulement bénéfique aux filles participant au projet, mais aussi à leurs familles, leurs
communautés et notre pays tout entier. »
Célébration de la Journée Mondiale de l’hygiène menstruelle
La célébration de la Journée Mondiale de l’Hygiène Menstruelle cadre bien avec les interventions de réinsertion
économique. L’accès au matériel menstruel durant la pandémie restent un principal défi. Le manque d’accès à
l’information sur les règles et d’éducation sur la santé reproductive, peut provoquer des grossesses précoces. Ainsi,
ce vendredi 28 mai, ces jeunes filles recevront également une formation en compétences de la vie courante, y
compris la gestion de l’hygiène menstruelle et un kit de serviettes hygiéniques.

« L’hygiène menstruelle constitue un réel problème pour les filles adolescentes. Par exemple, beaucoup trop de
filles ratent les enseignements durant les règles ce qui augmente les chances d’absences répétées et d’abandon
scolaire. Cette journée de sensibilisation doit permettre au Gouvernement et à tous les acteurs de s’engager dans
un dialogue constructif et productif afin de trouver des solutions pratiques et durables pour chaque fille et femme au
Congo. » a affirmé le Représentant de UNICEF par intérim. Dr. Landry Dongmo-Tsague. ».

Source: Communiqué de presse UNICEF